Consigne de papier libre.

Publié le par Mathéo

                                                                          Free Image Hosting at www.ImageShack.us  

Lorsque je regarde le ciel, d’étoiles éclairé,

que la douce brise du vent vient m’effleurer,

j’ouvre la porte du passé lointain, du souvenir

pour que vive l’ombre d’anciens voyageurs.

De toutes mes forces je tente de les retenir.

Bientôt un parfum d’ambre me laisse songeur

j’aperçois parfois un regard couleur opale,

je devine  des mains, un visage très pale.

Lorsque je regarde le ciel, d’étoiles éclairé,

Dan un soupir la mélancolie vient m’emporter.

Publié dans Textes

Commenter cet article

ioana 09/05/2007 22:43

bonne nuit mathéo
je pense a toi fort
repose toi bien

Mathéo 10/05/2007 09:07

Je pense à toi aussi douce Ioana.

Plum' 09/05/2007 18:46

C'est vrai que c'est joli, tout en douceur, en tendresse et en nostalgie.
Bravo ! (j'aime bien quand tu "écris"...)

Mathéo 09/05/2007 18:53

Touché...

sevy 09/05/2007 12:31

bonne journée
bisous

Mathéo 09/05/2007 13:19

Merci toi aussi.

ioana 09/05/2007 11:56

c est un très joli poeme
tu écris vachement bien
bisous

Mathéo 09/05/2007 13:19

C'est gentil Merci Ioana.