Le physique ne suis pas.

Publié le par Mathéo

Je travaille dans un univers pratiquement carcéral.

Les ouvriers n’ont pas le droit d’aller dans les bureaux, ils vivent dans une peur perpétuelle, celle d’être appelé par le boss.

Moi je suis entre ses deux mondes, c’est normal, la qualité a toujours été placé entre deux feux, nous ne sommes pas des productifs mais nous ne sommes pas non plus des cols blancs.

Lorsque je suis arrivé on m’a dit que l’équipe n’était constituée que d’ouvriers indifférents et obtus mais c’est loin d’être le cas, je suis surpris de voir que leur comportement n’est que le reflet de cette crainte de tous les instants.

Pour ma part je fais de mon mieux mais je suis rattrapé par mon problème tendineux, je vis chaque jour un véritable martyr physique.

Je prends pratiquement le double de Laroxil, bien au-delà de la prescription du médecin.

Je m’accroche mais je ne sais pas combien de temps cela va durer.

Les nouvelles ne sont donc pas franchement bonnes mais il faut bien faire avec, je me rends compte que le médecin du travail que j’avais rencontré sur la demande de L’ANPE avait bien jugé ma situation en recommandant un poste sédentaire.

Je suis désorienté, je veux garder ce job mais je veux aussi tenter d’améliorer le sort des gars de la prod en faisant des procédures qui les soulagent.

Publié dans Mathéo

Commenter cet article

lilounette 31/05/2007 21:00

Je n'ai pas réagit au mot laroxyl( gouttes ) , ce qui m'a été prescrit depuis plus d'une année par un centre médical de l'anti-douleur .
Lasse de constater qu'elles me paraissaient inutiles, parce que plus efficaces, de moi-même, j'ai décédé de mettre fin à ce type de médication .J'ai diminué progressivement les gouttes au fil des mois, et depuis une semaine , je ne les prends plus .Mes douleurs sont telles que je dois subir prochainement une infiltration radio-guidée évidemment le moral suit ' les évènements '. Mais je compte sur cette injection pour m'aider, si je ne souffre pas trop, je constate que le moral est au beau . Je conviens que la souffrance physique est déprimante, dautant qu'elle ne peut être comprise que par soi-même .Alors, je peux te dire ces choses en connaissance de cause .(les tendinites à répétition, je connais aussi )!Et autrui peut passer à nos côtés sans se douter de quoi il s'agit .Courage!

lilounette 31/05/2007 20:01

Je connais ces douleurs.Cependant le stress ne peut que les accentuer .Appréhender d'avoir mal, c'est déjà avoir mal .Essaye de compenser par une activité capable de décharger ton énergie et tes inquiétudes .Je sais ce n'est pas facile .Bon courage

:0075: ARONIA 29/05/2007 10:55

pas facile le monde du travail surtout dans ce milieu....
Demande une orientation et un statut cotorep pour raison médicale pour un reclassement ou aménagement de poste.

Bon chance pour la siute.

MOMO 28/05/2007 14:17

Matéo, pense à toi..
tu ne peux bousculer des us et coutumes en peu de temps...
protége toi en premier

amitiés

mahina 28/05/2007 09:35

cahque chose en son temps, mathéo... pour mieux faire ce que tu veux apres pour les aider!! et prends soin de toi...bisous