Dans le cimetière de...

Publié le par Mathéo

 

Texte  de Hugo .

Il est tiré du recueil « Les rayons et les ombres »   

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k37474x.item

page 451

J’aime beaucoup ce texte, je m’y retrouve, il n’est pas des plus connus et c’est fort dommage à mon avis.

Publié dans Textes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

aril 13/07/2007 23:44

la page ne s'est pas ouverte mais j'aime mon ami "Totor" certaines pages de Notre Dame de Paris sont de veritables poemes!!!

Mathéo 14/07/2007 09:41

Comme je l'ai dit il faut avoir Acobat reader pour ouvrir la page.Je suis plus sensible aux oeuvres poétiques d'Hugo qu'à son oeuvre romanesque.

momo 13/07/2007 21:15

LA PAGE NE S'EST PAS OUVERTE DOMMAGE ..

j'ai relu toute l'oeuvre de colette en deux volumes écrites comme sur du papier missel....

bonne soirée

Mathéo 14/07/2007 09:39

Ah ouiil faut avoir acrobat reader d'intallé pour pouvoir ouvrir les pages.Pour colette tu as du les prendre dans les éditions la pleiade.

patriarch 13/07/2007 09:46

De lui, j'aime surtout :"A Dona Rosita Rosa". L'ensemble de son oeuvre est une saine lecture !

Mathéo 13/07/2007 14:34

J'en suis persuadé.je cours lire "A Dona Rosita Rosa".A dona Rosita RosaICe petit bonhomme bleu Qu'un souffle apporte et remporte, Qui, dès que tu dors un peu, Gratte de l'ongle à ta porte,C'est mon rêve. Plein d'effroi, Jusqu'à ton seuil il se glisse. Il voudrait entrer chez toi En qualité de caprice.Si tu désires avoir Un caprice aimable, leste, Et prenant un air céleste Sous les étoiles du soir,Mon rêve, ô belle des belles, Te convient ; arrangeons-nous. Il a ton nom sur ses ailes Et mon nom sur ses genoux.Il est doux, gai, point morose, Tendre, frais, d'azur baigné.Quant à son ongle, il est rose, Et j'en suis égratigné.IIPrends-le donc à ton service. C'est un pauvre rêve fou ; Mais pauvreté n'est pas vice. Nul coeur ne ferme au verrou ;Ton coeur, pas plus que mon âme, N'est clos et barricadé. Ouvre donc, ouvrez, madame, A mon doux songe évadé.Les heures pour moi sont lentes, Car je souffre éperdument ; Il vient sur ton front charmant Poser ses ailes tremblantes.T'obéir sera son voeu ; Il dorlotera ton âme ; Il fera chez toi du feu, Et, s'il le peut, de la flamme.Il fera ce qui te plaît ; Prompt à voir tes désirs naître ; Belle, il sera ton valet, Jusqu'à ce qu'il soit ton maître.

Patrick 13/07/2007 09:27

J'ai pris le temps de la faire sur quelques pages, en effet, l'écriture est différente et belle.
a++

Mathéo 13/07/2007 14:31

oui troublant et très beau...

Floraison 13/07/2007 08:25

mon poeme préféré est "demain, dès l'aube" et l'histoire que j'adore c'est "les misérables" (je e l'ai vu qu'a la TV et en théatre car c'est u peu dur pour moi pour le lire)

Mathéo 13/07/2007 14:31

ça je ne crois pas....(sourire)