L'inévitable.

Publié le par Mathéo

 

Le temps passait et Emile  était de plus en plus absent, il ne se montrait ni méchant ni violent  envers son épouse et ne la privait de rien si ce n’est de son attention.

De son côté Berthe ne cherchait plus à le reconquérir et s’accommodait même de mieux en mieux de la situation.

Le désintéressement toujours grandissant de son mari lui offrait de plus en plus de liberté et n’y avait plus guère qu’à essayer d’échanger quelques mots au dîner du soir pour maintenir un semblant de relation.

N’ayant pas le vin méchant notre fonctionnaire des impôts ne rentrait de ses virées nocturnes que pour s’affaler dans le lit conjugal et le tiercé bien arrosé privait souvent le foyer de sa triste compagnie le dimanche.

Berthe vivait presque en célibataire libérée avec assez de ressource pour mener une vie plaisante et  pour seul inconvénient l’entretien d’un fantôme toujours en deux vins.

Malheureusement les moyens du tout début des années 50 n’étaient pas ceux d’aujourd’hui et un jour l’inévitable se produisit.

Berthe fut inquiète quelques semaines avant d’en avoir la certitude.

Elle attendait un enfant.

Emile tenait comme tous les hommes de son genre à sa réputation plus qu’à tout, peu importe son propre comportement il demeurait irréprochable au bureau et il ne pouvait être envisagé un seul instant qu’il soit le « cocu » du service.

Se doutait-il de son infortune ?

Rien n’est moins sûr.

En subvenant au besoin de sa femme il avait le sentiment d’être un bon époux et son besoin d’échange physique étant maigre sans doute estimait-il que Berthe n’en éprouvait pas de gêne puisqu e de son côté elle ne se montrait pas très entreprenante.

La question à présent était de savoir comment faire, et surtout de garder la tête froide.

Elle ne voulait pas tout perdre pour ce qu’elle considérait comme un accident de parcours.

Les brimades de sa défunte belle mère, la présence au lit de cette homme qui avait finit par la dégoûter, non elle avait trop d’efforts pour s’avouer vaincue aujourd’hui.

Il fallait en toute hâte convaincre Emile de faire en sorte que l’enfant ait un père, un accouchement prématuré voila la seule issue, la seule explication qu’elle pourrait donner… 

 

 

Publié dans Pour un peu d'amour

Commenter cet article

Plum' 15/08/2007 23:54

Je pense qu'elle ne va pas avoir cet enfant...Quant à la musique, j'ai adoré ! Un instant précieux et tout doux... Merci à toi, MathéoGros bisous et bonne fin de semaine !

Mathéo 16/08/2007 09:40

Bisous mon amie...

lasidonie 15/08/2007 20:09

je n'aime pas trop la musique du xxeme, cet extrait connu par contre est très beau, je savoure en lisant l'histoire de la pauvre Berthe. Celle de nombreuses jeune filles des années du début du siècle dernier mariées pour faire comme tout le monde...Bonne soirée.

Mathéo 16/08/2007 09:41

Oui Berthe vit le drame de beaucoup de jeune femme de cette époque, je suppose.
Bisous.

sandrine 15/08/2007 18:36

Je n'écoute pas trop du classique, mais j'aime beaucoup, c'est tres relaxant à ecouter ! merci

Mathéo 16/08/2007 09:39

C'est le théme du film '"mort à venise" mais tout d'abord bien entendu un extrait de la 5 ème de Malher.

Jo 15/08/2007 11:37

Bonjour Mathéoon saura bientôt si c'est un garçon ou une fille :)Joël.

Mathéo 15/08/2007 11:42

Je ne crois pas...

patriarch 15/08/2007 11:12

Mais lui, va t'il le vouloir ? Pas sûr !!

Mathéo 15/08/2007 11:42

Hé c'est le problème...