Frédéric Chopin ou l'âme d'un poète

Publié le par Matheo

Je vais interrompre le voyage au cœur du père Lachaise car je crains que quelques uns d’entre vous ne se lassent de ce cycle.

Comme je l’avais prévu je termine donc par l’homme pour lequel je voue un véritable culte.

Il est le poète du piano, le maitre incontestable de l’instrument moderne et celui qui lui a donné ses lettres de noblesse.

Ce fut aussi un homme admirable  qui a connu une existence difficile et cruelle .Je lui dois l’amour de la musique mais aussi sans aucun doute la vie.

J’ai souvent eu des idées que l’ont dit noires, mais j’ai toujours été effrayé par l’absence possible de musique.

Même si la musique des anges est magnifique, comment imaginer ne plus entendre le second scherzo de Chopin, ses nocturnes, ses ballades, ses préludes…

Le lieu que je veux pour présenter aujourd’hui est pour moi une terre sacrée, et lorsque j’écris en entête de mon blog « Je crois en Frédéric Chopin » c’est que ses mots traduisent très exactement mes sentiments.

Je ne solliciterai pas Wikipedia pour vous parler de lui.

Né en 1810 il passe sa jeunesse en Pologne où on s’aperçoit très vite de sa virtuosité, et de ses facilités musicales en un mot de son génie.

Il quittera la Pologne pour ne plus jamais y retourner, l’insurrection de Varsovie écrasée par la Russie, amènera les plus belles pages sous la plume du musicien mais aussi son plus grand chagrin.

Après un avoir voyagé il s’installera à Paris où pour son malheur il rencontrera Georges Sand, une femme qui lui fera plus de mal que la maladie et la Russie réunies.

En 1849 il s’éteindra à l’âge de trente neuf ans, abandonné par cette femme, épuisé par sa maladie.

De nombreuses biographies lui ont été consacrées, j’ai beaucoup aimé celle de Camille Bourniquel et celle de Clause Dufresne.

La tombe de cet immense musicien est la plus fleuries du cimetière, ornée de fleurs fraiches et notamment de roses rouges et blanches au couleur de la Pologne qu’il aimait tant.

On y voit aussi des bougies toujours allumées, témoignage de l’amour que le monde du piano lui porte.

Une communauté recueillie derrière son maitre.

Pour ma part, la dernière fois un arc en ciel m’a fait rêver que son âme était présente et souriait à notre présence pleine de ferveur.

Je vais me recueillir et prier auprès de lui depuis mes dix ans.

Il me tenait donc à cœur de vous présenter en dernier lieu cet article.

Mon vœu le plus cher serait évidemment qu’au moment où la vie m’abandonnera pour m’offrir le repos eternel, mes contemporains me fassent l’insigne honneur de reposer non loin de lui.



C’est  au cœur de ce grand jardin
 

que chérit mon cœur de citadin

que j’aimerais pouvoir enfin dormir pour l’éternité,

à l’ombre des grands arbres qui bordent les allées.





Je veux aussi rendre hommage à ma mère qui nous aquitté voici 17 ans aujoud'hui.

 



 



Publié dans Le père Lachaise

Commenter cet article

Ame Chopinienne 19/10/2010 18:09



Bonjour C.B.,


J'étais une habituée du blog de Mathéo et lui du mien, avant qu'il ne fasse silence...Je vois que vous aimez Chopin et les animaux, tout comme moi. Je vous conseille la Correspondance, bien sûr,
bible de tout passionné. Et je vous invite à visiter mon blog et à y mettre vos commentaires si vous l'aimez, car il est presque entièrement consacré au grand Chopin ! voici l'adresse :


http://de-la-note-a-la-plume.over-blog.com  Amitiés



C.B 19/10/2010 17:50



PS à Mathéo qui a son importance.Moi aussi j'adore les animaux, ils sont mon refuge avec la musique et les livres.



C. B. 19/10/2010 17:48



Je viens de finir une bio de Chopin par Eve Ruggieri, pas mal du tout! Et d'apres les extraits de lettes de Chopin, on se rend compte que le maitre en plus d'être le compositeur de génie, était
aussi un virtuose des mots. Comment pouvait-il en être autrement...Oui ;j'ai tres envie de lire sa corespondance, cher tendre Chopin , comme la vie lui a fait payer cher son incroyable don.Merci
à lui pour toute la beauté qu'il nous a laissé, écouter du Chopin c'est déjà se faire une idée du bonheur.



Ame Chopinienne 22/06/2009 22:27

Reposer près de lui, bien sûr, quel insigne honneur et quel bonheur ! quoique pour ma part, je suis certaine de pouvoir le côtoyer (si mon âme en est digne) lorsque le temps sera venu de rejoindre l'autre monde. Chopin, lui, avait exprimé le voeu de reposer au plus près de Bellini à qui il vouait un véritable culte. Cela fut fait, mais hélas, les Italiens ont depuis rapatrié leur illustre compatriote. Savez vous que Pierre Desproges (un autre fan...) avait demandé à ce que ses cendres soient dispersées sur la tombe de Chopin ? Cela fut refusé par la Mairie de Paris, mais sa famille trouva une concession presqu'en face de la célèbre tombe et y répandit les cendres à même la terre. Une autre façon d'être au plus près du Maître... Avez vous remarqué cette tombe ? toute simple, presque "abandonnée". Le plus extraordinaire, c'est qu'au printemps, des violettes y poussent par dizaines ! Que Desproges me pardonne (ou me bénisse !), j'en ai cueilli pour les mettre sur la tombe de Frédéric.PS : la dernière photo de votre article (celle qui précède les commentaires) est absolument sublime !

Matheo 23/06/2009 07:16


J'avais en effet vu la tombe de Desproges mais je ne connaissais pas les détails.
Le maître aimait beaucoup les violettes.
Je suis ravi de trouver en vous quelqu'un de si attaché a Chopin.
Etes-vous interprete?


Ame Chopinienne 21/06/2009 22:50

Moi aussi, je crois en Chopin et lui voue un véritable culte. Nous devons sans doute, vous et moi, ressentir la même chose pour cette grande Ame que j'ai été rechercher jusqu'en Pologne. Un petit conseil : aucune biographie ne pourra vous apporter ce qu'apporte sa Correspondance. Regroupée dans trois volumes par la Revue Musicale aux Editions Masse, elle rassemble toutes les lettres écrites par Chopin (tantôt en français de sa propre plume -il écrivait un français impeccable-  tantôt traduites lorsqu'elles sont en polonais) ainsi que celles qu'il a reçues. Une mine d'or, dans laquelle il s'exprime (Chopin par Chopin lui-même !), fait part de ses pensées et de ses sentiments, de ses opinions, de ses goûts. Si vous ne connaissez pas encore, je vous conseille vivement de vous la procurer.J'ai créé récemment un blog, dans lequel je me propose de parler de Frycek (diminutif de Fryderyk en polonais). Le voici : http://de-la-note-a-la-plume.over-blog.comNB : moi aussi, j'aime la nature, les animaux, les livres (j'en écris) et la musique (surtout classique) !!! Nous avons absolument les mêmes goûts...

Matheo 22/06/2009 07:23


je ne vais pas tarder à pousser votre porte.
Bonne journée et merci pour ces indications sur le maître.