A toi

Publié le par Matheo

 

Frêle enfant solitaire et un peu trop rêveur,

Je n'avais pas la chance d'avoir les faveurs

des autres gosses qui devant ma différence

ne témoignaient pas d'une grande clémence.

Je me dérobais si souvent face aux combats

que ma réputation fut tirée vers le bas,

et ce fut vite, pour moi, la relégation

au rang des poltrons, bien triste distinction!

Puis un jour, dans ma vie, tu entras mon ami,

immédiatement tu chassas mes ennemis,

tu me protégeas de tout, de leurs moqueries,

de leurs farces, de leurs méchantes duperies.

Tu fus craint, et je m'abritais de ton ombre,

plus libre, peu à peu, je devins moins sombre.

Tu as été à chaque instant mon protecteur

Pour beaucoup de choses mon initiateur.

Plus qu'un cousin, tu fus le compagnon, l'ami

Par toi,  tout fut facile, tout me fut permis.

Maudit soit le jour où tu lâchas ma main

pour me laisser seul à jamais sur le chemin!

O Franz, à la vie tu as préféré la mort,

tu m'as laissé, abandonné sans un remord,

depuis,  pas un seul jour de mon existence

ne m'a offert d'autre choix que la souffrance...

Publié dans Textes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lilounette 07/06/2008 15:45

l'amitié tout comme l'amour peut prêter à la souffranceCe que tu écris est vraiment beau!

Matheo 07/06/2008 17:16


Merci


sido 07/06/2008 14:57

C'est un texte empli d'amour celui qui se trouve à la racine du  mot amitié, de délicatesse mêlée de tristesse aussi, c'est beau.Bon W.E Matheo et bises.

Matheo 07/06/2008 17:16


Bises Sido


michelgonnet 06/06/2008 16:59

Un très , très beau texte.Bonne soirée.

Matheo 06/06/2008 17:48


merci Michel.
Bonne soirée


Chrisalain 06/06/2008 15:34

mots bien tristes qui sonnent justes ...vite le soleil!!! notre ami Matheo en a besoin!!

Matheo 06/06/2008 17:52


sourire oui c'est vrai il se fait desirer


Mamie Dany 06/06/2008 14:10

difficile d'ajouter quelque chose!

Matheo 06/06/2008 17:52


Bonne soirée