Alcool

Publié le par Matheo

 

 

 

 




 

Tu me demandes sans cesse si je suis heureux,

tu veux savoir si je suis encore malheureux

Alcool!

 

Tu veux voir le sourire envahir mon visage

tu désires tant  que mes nuits soient sans nuages

Alcool!

 

Tu pries  pour que mes démons m'abandonnent  enfin

pour que je crois juste encore un peu au destin.

Alcool!

 

Tu voudrais que je me range, en souriant,

que je renonce ou que je fasse semblant

Alcool!

 

Je veux me délivrer de toutes mes craintes.

Ne plus sentir, de la mort, la froide étreinte.

Alcool!

 

A défaut d'être libre  j'appelle l'oubli,

La mémoire fait vaciller mon cœur affaibli!

Alcool!

 

Les portes de mon monde se sont verrouillées,

Je ne peux plus les franchir, elles ont trop rouillées

Alcool!

 

Maintenant, mes brumes sont souvent les tiennes

Ma tristesse, mes ténèbres t'appartiennent

Alcool!

 

 

Publié dans Textes

Commenter cet article

Paquerette 09/06/2008 21:15

C'est très beau mathéo, j'ai eu peur un moment que tu sois concerné, non heureusement, c'est un vrai piège duquel c'est difficile de sortirbiz

Matheo 10/06/2008 18:17


un piège terrible


Chrisalain 09/06/2008 07:28

moi qui ai vu helas de tres pres les ravages que cela peut causer...bisous Matheo

Matheo 09/06/2008 18:12


Bisous


loveday 08/06/2008 19:36

dur comme poème..mais hélas , parfois , c'est plus qu'un poème , c'est un réalité pour certaines vies ; que Dieu y apporte sa lumiere... bisous Mathéo , merci pour  mon anniversaire .. 40 ans , ça fait quelque chose quand même ... un peu de mélancolie ... ha la la , c'est la vie ma foi ...lolpasse un très bon lundi ,Sylvie

Matheo 09/06/2008 07:11


Bisous Sylvie


Mamie Dany 08/06/2008 11:08

l'alcool est dangereux pour la santé - A consommer avec modération !

Matheo 08/06/2008 17:20


absolument


patriarch 08/06/2008 11:02

J'en ai côtoyé beaucoup sur les chantiers de ces pauvres gars, du moins dans les années 50-70, par la suite, ça s'est atténué. Car moins couverts par les chefs de chantier qui les renvoyaient chez eux ou à l'hôtel quand cela arrivait une fois ou deux, après c'était la lourde, trop dangereux pour eux même et les autres compagnons. J'ai même connu de très bons compagnons devenir des loques. Et que faire,si chez eux ils n'y a pas la vonlonté de s'en sortir !!