Musset ce surréaliste...

Publié le par Matheo





 

Comment ressaisirais-je vos fantômes épars, et comment pourrais-je donner quelques suite à ce que je raconte?

Maintenant que je pense à ce temps de ma jeunesse, je crois voir un champ plat et stérile sous un ciel orageux.

Des formes flottantes se soulèvent ça et là, puis s'effacent;

Un soupir plaintif déchire les airs; des montres grimaçants volent en rond; ils pouffent de rire et s'engouffrent.

Un cheval emporté passe comme un éclair; le vent siffle, une flèche le suit.

La nuit arrive; les pierres tremblent de froid; un voyageur perdu se couche dans la neige en pleurant.

Une ombre parait à l'horizon sur le sommet d'une montagne; elle se penche sur une cascade et glisse dans la nappe immense comme une plume légère.

Le cor retentit, des chiens aboient; des chasseurs, les bras retroussés jusqu'au coude, dépècent une biche; ils s'essuient le front; un soleil de plomb les étouffe, ils s'approchent d'une citerne pour y boire, et ils aperçoivent au fond un crocodile mort.

Silence!

Une rivière limpide coule là auprès entre des saules, Ophélia, couverte de fleurs, y flotte doucement.

Longues, maigres, fluettes, des mains s'agitent sur une table; elles coupent et donnent; elles agitent des cartes.

Des poupées mécaniques dansent autour; elles sont transparentes et vides; le vin qu'elles boivent colore leurs veines un instant, elles mangent de l'or.

Une douce musique tremble dans les feuilles; le tonnerre qui gronde la saisit et l'emporte comme un épervier affamé.

Silence, silence!

Le jour se lève, la rosée tombe, une alouette sort d'un sillon et s'en va mourir dans les cieux.

 

 

Voici un passage  que j'affectionne particulièrement, il est  tiré du quatrième chapitre de la seconde partie des confessions d'un enfant du siècle de Musset.

 On voit combien le surréalisme est présent, palpable, mais si précurseur pour l'époque de l'auteur que celui-ci décidera de le supprimer  en 1840.

Publié dans Textes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

paquerette 01/02/2009 09:50

On se croit observateur de la scènebonne journée

Matheo 01/02/2009 10:49


c'est vrai


celiandra 31/01/2009 11:35

tres beau. J'aime beaucoupBaci

Matheo 31/01/2009 11:57


Je suis heureux que tu aimes, c'est un texte à la fois curieux et d'une grande justesse.


patriarch 31/01/2009 11:01

Je me demande pourquoi le retirer ?Bonne journée. Mathéo !

Matheo 31/01/2009 11:58


Trop en avance sur son époque je suppose.
Bonne journée à vous deux


ABC 31/01/2009 09:27

À la fois sombre et fort, tout un décor toute une ambiance toute une époque !

Matheo 31/01/2009 11:59


Oui j'adore ce texte qui reflete avec tant de justesse ce que l'esprit est capable de construire lorsqu'il perd l'espoir...


mrcafe 31/01/2009 09:02

je te souhaite un bon week-end mathéo  :0048:

Matheo 31/01/2009 09:10


A toi aussi