Le grand orientateur

Publié le par Matheo

2209




Il entre dans une salle froide, d’une blancheur spectrale, la lumière est blafarde, c’est le jour " J", le jour de ses dix sept ans.

La grande orientation.

Quelle blague !

Il y a encore une cinquantaine d’année une commission se réunissait pour délibérer sur les résultats donnés par cette saloperie de  puce, cet effroyable mouchard, qu’on pose sous le cœur des la naissance à chaque être humain, mais à présent c’est cette infâme machine qui place, décide de du sort de chacun…

Le slogan du pouvoir dans les années 2200 a été sans équivoque : « Le grand orientateur, n’a pas de faiblesse, pas de préjugé, par de haine, la machine ne répond pas à la corruption et ne connais pas la compassion »

Tout le monde semble y croire mais personne n’a le choix de ne pas adhérer de toute façon, il ne faut pas sortir du cercle sinon gare au  correcteur.

A l’aube de ce siècle existait encore des juges, des gens fait de chair et de sang, mais à présent il n’existe plus de seconde chance, plus la moindre  possibilité d’explication, plus de circonstances atténuantes.

La terre est trop peuplée pour se permettre d’abriter de mauvais chevaux, il faut enter dans le moule et ne jamais en sortir.

Les portes se referment derrière lui, chacune des actions qu’il doit exécuter sont affichées.

Il prend son temps, cette fois une sorte de d’angoisse s’empare de lui, il connait le processus, il est parfaitement conscient de la finalité.

Il pensait être préparé mais est-on jamais prêt pour une sentence sans appel ?

Chaque enfant, dès son enregistrement, au cyber cours mondial, se voit expliquer la règle, et cela à chaque connexion.

Il sait qu’on ne peut pas tricher, c’est A, B, C ou D, une voix métallique statuera de son avenir.

On ne peut pas parler de piège c’est juste une étape qui peut se révéler être  la dernière, l’individu n’a pas d’importance, il n’est important que porté par le groupe.

Avenir !

Un mot dangereux aujourd’hui,  encore un mauvais point.

A : Bon travail, profil en phase avec la société, vous entrez dans le cercle, travaillez !



B : Faites des efforts, vous ralentissez la collectivité, vous s êtes hors du cercle ? Rapprochez vous rapidement. Vous avez six mois.



C :, vous vous éloignez dangereusement du cercle, votre conduite  blesse la communauté, vous êtes soumis au grand correcteur. Dirigez vous vers la salle voisine.



: Vous n’êtes pas digne de notre monde, Ne tentez pas de forcer les portes elles sont verrouillées.

Vous devez disparaitre… Vous devez disparaitre… Vous devez disparaitre… Vous devez disparaitre…Vous devez disparaitre…Vous devez disparaitre…Vous devez disparaitre…Vous devez disparaitre…Vous devez disparaitre….............................................................

Publié dans Textes

Commenter cet article

paquerette 14/05/2009 11:43

Et si demain c'était cela?Affolant, il vaut mieux ne pas se reproduire!!! 

Matheo 14/05/2009 19:04


rire!
c'est juste le délire d'un grand fou!!!


marie-madeleine 12/05/2009 00:26

glacial et terrifiant

Matheo 12/05/2009 17:37


Je me suis fais peur tout seul!


Lilounette 11/05/2009 21:48

Pas gai et pour le conclusion, je voudrais ( c'est pessimiste ) disparaître avant tout çà !!

Matheo 12/05/2009 17:39



T'inquiète pas c'est sorti du cerveau d'un
malade...



mrcafe 11/05/2009 20:12

malgres tout ce monde qui existe sur terre , on se souviendra peut etre de moi avec mon blog , bonne soirée mahéo

Matheo 12/05/2009 17:40


mais pourquoi crois-tu que je tiens le miens???
rire


Mamie+Dany 11/05/2009 14:28

puisque tu insistes... je reviens... je rev.... Bon, passons! les plaisanteries les + courtes sont les meilleures, non ?

Matheo 11/05/2009 18:04


Je suis d'accord.
sourire