Merci Jean Sebastien

Publié le par Mathéo

Bach, quel autre monde ou plutôt quel monde oublié !
Parce que j’étais devenu indigne de te servir j’ai préféré te tourner le dos.
Pardonnes moi, je te tutoie comme l’on dit tu à Dieu, puisque même s’il cela est blasphème de le dire, tu en es un pour moi.
Les forces retrouvées grâce à ce fabuleux concerto pour deux violons me conduisent vers la volonté d’ouvrir une fois encore les yeux sur ce monde qui me parait de plus en plus étranger.
Je n’y trouve plus ma place mais l’ai-je un jour trouvé ?

 

Publié dans Musique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article