Notre soirée de dimanche

Publié le par Mathéo

Hier nous soir nous avons choisi d’écouter la neuvième de Beethoven, rien de très original me direz vous et pourtant..
L’émotion est revenue encore une fois, intacte, égale à celle du petit garçon que j’étais et qui découvrait le frisson subliminal.
Je revoyais ce vieux prêtre, ami de mes souvenirs enfantins, qui nous émerveillait par sa façon de nous présenter ce trésor artistique.
Enzo lui aussi s’était soustrait au temps, nous nous vîmes pourtant l’espace d’un sourire pour mieux nous abandonner encore à notre voyage intérieur.
Je pense souvent à ce concert auquel j’ai assisté, assis sur les manteaux de la famille pour que je puisse voir la scène.
Je ressens encore ce trouble formidable qui m’a traversé lorsque le lourd rideau pourpre s’est levé pour laisser éclater les chœurs.
J’étais écrasé dans mon fauteuil, cloué par la musique et à la fin du concert j’ai remercié dieu d’avoir permis à un homme tel que Beethoven d’avoir existé quelques temps plus tard je l’ai loué avec ferveur, je venais de tomber en servitude pour le plus grand à mes yeux, Frédéric Chopin.

Publié dans Musique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Christian de nissa 05/02/2007 22:00

Bonsoir Mathéo,Je te trouve très bien ici. Maya envoie une petite léchouille à Luciano