Rêve furtif.

Publié le par Mathéo

Cette une douce soirée d'été, l'air est délicatement embaumé par les chèvrefeuilles voisins, on entend des fenêtres ouvertes du salon une sonate de Beethoven, les enfants commencent à s'endormir, ivres de leurs jeux de la journée, quelques hommes se sont éloignés pour fumer un cigare en dégustant un cognac, les femmes s'abandonnent à leurs confidences dont est exclu depuis tout temps le gente masculine, plus loin et plus à l'ombre on devine deux jeunes couples occupés à faire rimer toujours avec amour et moi je me tiens à l'écart de tous pour mieux profiter du moment enfui.

Ils ne me devinent pas, ils ne m'ignorent pas simplement ils ne me voient pas.

Ils sont âmes du passé, ignorant leur futur qui est mon présent, et du bout de mon coeur je me sens à mon tour observé par mon futur que je ne connais pas encore.

 

 

Publié dans Textes

Commenter cet article

E... 25/02/2007 15:22

Le buffet
De monsieur Rimbaud
C'est un large buffet sculpté ; le chêne sombre,Très vieux, a pris cet air si bon des vieilles gens ;Le buffet est ouvert, et verse dans son ombreComme un flot de vin vieux, des parfums engageants ;Tout plein, c'est un fouillis de vieilles vieilleries,De linges odorants et jaunes, de chiffonsDe femmes ou d'enfants, de dentelles flétries,De fichus de grand'mère où sont peints des griffons ;- C'est là qu'on trouverait les médaillons, les mèchesDe cheveux blancs ou blonds, les portraits, les fleurs sèchesDont le parfum se mêle à des parfums de fruits. - Ô buffet du vieux temps, tu sais bien des histoires,Et tu voudrais conter tes contes, et tu bruisQuand s'ouvrent lentement tes grandes portes noires.

lasidonie 25/02/2007 11:17

Ce futur n'est que brume qui saisit de frissons, pése sur le présent parfois, au point que le corps, le coeur s'en absentent, pour fuir dans le passé, ou s'inventer un présent rose. Pouvoir s'absorber tout entier dans la minute à vivre sans penser à la minute qui va lui succéder, quel bien-être ! Instants rares, que l'on aimerait s'approprier., mais qu'une sensibilité trop vive annihile trop vite.
Je te l'ai déjà dit Mathéo, tu écris bien...

Mathéo 25/02/2007 11:37

J'aime beaucoup ces fuites vers le passé, merci chère Sido

edi 25/02/2007 11:04

Woouuaaahwww. Quel texte ! O quel texte. Je suis surpris par votre talent d'écriture. Vous vous exprimez tellement bien. Je ressens quelque chose en vous, je ne pourrais dire que c'est de la tristesse. Je crois que c'est un mélange de plusieurs sentiments. Je n'en sais rien. Mais continuez Mathéo à écrire. Vous me faites du bien.

Mathéo 25/02/2007 11:34

Merci Edi, ton commentaire me fait un très grand plaisir ah au fait, je pensais que nous nous tutoyons...

patriarch 25/02/2007 10:50

Bien souvent, c'est mieux ainsi. Ne pas connaître son futur. Et au bout du rouleau, on est tout étonné de voir ce qu'il a été? Aucunement, bien souvent, ce que l'on voulait. Est ce plus mal? Je ne le pense pas !

Mathéo 25/02/2007 11:31

Je le regrette pourtant parfois...