Exercices

Publié le par Mathéo

J’ai envoyé un texte sur le site que Sido nous a recommandé hier mais apparemment il n’a pas été retenu ce que je peux comprendre aisément je le place donc sur mon site avec une petite variation du jour.

Elle a passé toute l’après midi à préparer la soirée, le dîner en tête-à-tête, une cuisine soignée et originale puis une jolie petite robe pour mettre en valeur sa silhouette.

Ella tout pensé, répété, parce qu’elle le sait ce soir est le grand soir.

Elle se souvient de leur rencontre au conservatoire, elle a su en le voyant qu’il était l’homme de sa vie.

Lui était indifférent, indifférent à tous et à toutes, seul le travail l’intéressait, mais elle a bravé sa timidité naturelle, son amour propre, elle s’est arrangée pour être sur son chemin toujours et encore et il a fini par la remarquer.

Elle est jolie et en est consciente alors le challenge n’a guère était difficile à relever et ils se sont vus et revus puis il l’a emmenée en week-end.

Elle lui offrit tout, son amour, son corps sa virginité et en retour elle commença à bâtir doucement leur avenir.

Ce soir elle va lui offrir le plus beau des cadeaux, elle va lui dire qu’elle attend un enfant, un petit bébé, elle va lui dire qu’elle porte son fils.

Son bonheur est si grand qu’il affole son cœur.

Elle entend des pas dans l’escalier et bientôt on frappe à la porte.

Lorsqu ‘elle ouvre, Philipe lui semble distant, nerveux, mais qu’importe, elle se jette à son cou puis retourne dans la petite cuisine d’où elle lui lance

-« Sers-toi quelque chose j’en ai pour une minute. »

elle rectifie une dernière fois sa coiffure puis le rejoint et entame tout de suite en lui saisissant la main

-« j’ai quelque chose à te dire mon amour »

-« Moi aussi  et je vais commencer si tu le permets, enchaîne-t-il, cette fois mes parents ont accepté, je m’envole à la fin du mois pour les états unis où je suivrai les cours du maître Oscar Jaëner, c’est une chance inespérée pour moi  et puis tu sais mon absence ne durera que qu’une année ou deux, je t’écrirai, je t’appellerai… »

Les jambes en coton, la poitrine écrasée elle trouve la force de lui répondre d’une voix blanche

-« oh mais c’est merveilleux, moi je voulais juste te dire que j’avais raté le repas et que j’étais un peu souffrante… »

-« Ce n’est rien, allons au restaurant réplique-t-il aussitôt »

« Non je ne me sens pas très bien et en fait j’aimerai me coucher tôt » assure-t-elle

Il feint de la croire l’embrasse en lui promettant de lui téléphoner le lendemain puis redescend l’escalier.Le plus terrible de tout c’est que son amour est resté intact, indemne alors elle s’approche de la fenêtre en laissant éclater ses sanglots et une main sur le ventre  Elle le regarde,attendrie,disparaître dans la rue.

Varation du jour

Tous les jours pratiquement à la même heure il emprunte le même chemin, sa démarche est raide et mal assuré et il n’est point besoin de l’observer bien longtemps pour s’apercevoir qu’il porte le poids des années. Il marche à petits pas en prenant le temps de regarder ce qui l’entoure, parfois il s’assoit un moment puis repart au même train qu’auparavant. Lorsqu’il croise des enfants tout chez lui respire la gaîté, le bonheur de vivre. Il fait un peu partie du paysage et elle se surprend parfois a guetter sa venue, il est un peu comme l’inconnu qui à force de fréquenter votre quartier devient comme  un ami anonyme. Comme toujours Elle le regarde, attendrie, disparaître dans la rue. Il est si attachant ce vieux labrador…

 

 

 

Publié dans Textes

Commenter cet article

lasidonie 28/02/2007 20:53

Je suis comme plum' (je ne copie pas sur la voisine ) je préfère le 2eme texte. bien enlevé. Pour l'atelier le texte est à adresser au mail de Nat ( sur son site, papierlibre.over-blog.com) il parait le lendemain.

Mathéo 01/03/2007 07:07

Oui mais mon outlook ne fonctionne pas et peut être n'a-t-elle pas reçu le texte de toute façon ce n'est pas grave.
Merci de me dire ta préférence momême j'ai un faible pour le second.

Plum' 28/02/2007 20:17

J'aime beaucoup la deuxième version. Je me suis laissée emporter par le texte et je n'ai pas senti arriver la chute. Du coup, je l'ai relu une deuxième fois. C'est bien vu !Si tu te prends au jeu des ateliers d'écriture, tu vas t'amuser. C'est instructif et il est drôle de voir les différentes directions que chacun prend à partir d'une même consigne.Bisou, play-boy !

Mathéo 01/03/2007 07:05

Bisou!

Joël 28/02/2007 19:27

Bonsoir Mathéo,
merci de ta visite.
ta moitié a un prénom très rare, comme toi d'ailleurs ! J'ai connu une Ramona en Allemagne, on était une bande de copains autour d'elle tellement elle était belle ! la pauvre !
Pour ton texte, tu es certain, la personne t'as prévenu.
Bonne soirée.
Joël.

Mathéo 01/03/2007 07:09

Oui elle a un prénom assez rare mais elle l'est aussi.
(sourire)

patriarch 28/02/2007 18:27

un texte est toujours interprété comme on le ressent,chacun de sa façon, selon sa sensibilté. bonne soirée !

Mathéo 28/02/2007 18:53

Bonne soirée Patriarch!

Mathéo 28/02/2007 18:12

Non ce n’est pas un concours plutôt une direction pour construire un texte et c’est marrant de voir ce que chacun en fait.