Visite du jardin

Publié le par Mathéo

 

 

Suivez le guide!

Publié dans Luciano.

Commenter cet article

aril 17/04/2007 09:06

je suis comme toi:le printemps par cette eclosion de couleurs de senteurs de vie!!! les bourgeons! tout juste si je n'attendrais pas devant certains qu'ils eclosent!!! tap tap la fille!!! et l'automne pour toutes les couleurs mordorees,le scritch scritch des pas dans les feuilles,l'odeur de la terre et parfois des champignons...l'ete est un peu chaud pour moi et l'hiver il manque la lumiere....

lasidonie 15/04/2007 18:20

j'aime aussi le printemps, les premières senteurs qui s'infiltrent dans les bouffées d'air tiède, le soleil de plus en plus généreux, la nature plus gaie. l'annonce de l'été( ma saison ). cela me redonne du tonus. Mais par dessus tout ce que j'aime c'est le SOLEIL ! quelle que soit la saison. belle perpective ce jardin...bonne soirée.

Mathéo 15/04/2007 19:02

Bonne soirée Sido

Plum' 15/04/2007 16:43

Non, tu n'es pas incorrigible parce qu'en définitive toutes les saisons ont leur charme. Il faut le reconnaitre, la nature est superbe. Mais chacun se sentira plus ou moins proche d'une époque, d'un climat. Et moi, j'adore le printemps. Ce sont les arbres en fleurs, les petits oiseaux, les températures douces sans être trop chaude, bref, c'est le début !...

Mathéo 15/04/2007 16:54

Et c'est bien que sois proche de cette saison là.
Bisou!

Mathéo 15/04/2007 16:27

C'est un bien joli poème dont tu aurais pu être l'auteur.
J’aime aussi le printemps mais je suis hypnotisé par l’automne, sa mélancolie, sa beauté voué à un prochain trépas.. .
 

Oui, je sais,  je suis incorrigible !

Plum' 15/04/2007 14:50

Printemps mystique
Sous la lune bleue aux caresses molles, Par le clair obscur des bois épineux, Le Printemps s'avance aux sons lumineux Des flûtes mêlées aux voix des citholes. Entre des fronts blancs nimbés d'auréoles Et des yeux rieurs d'enfants curieux, Il passe à pas lents et mystérieux, Et sur ses pieds nus pleuvent des corolles. Cresson argenté, violettes fines, Primevères d'or, pales aubépines Tombent sur ses pas en clairs encensoirs ; Et par les ravins, l'odorante neige Des pommiers, fumant dans l'ombre des soirs, Illumine Avril et son doux cortège.Jean Lorrain (1855-1906) [extrait du recueil L'Ombre Ardente]Le printemps reste vraiment ma saison préférée, il n'y a rien à faire !... Tout semble et est d'ailleurs si joli, si pur, si gai !