A Monsieur Victor Hugo

Publié le par Matheo

Pour les impromptus litteraires

Le libre thème de cette semaine me donne l’envie d’écrire une lettre, c’est un style un peu inhabituel mais  j’aime parfois bousculer un peu les usages.

Une lettre fort bien et pourquoi pas, me direz vous, mais là encore je crains de me montrer un peu déroutant puisque cette lettre ne sera jamais lue par son destinataire.

Qu’importe après tout, en cette période de fêtes ou l’on aime faire des cadeaux je choisis de faire le présent de quelques lignes maladroites à l’un des princes de la littérature.

 Victor-Hugo.jpg

                                                                          Monsieur,

Voila bien une quarantaine d’années que je vous connais et si les premières rencontres furent un peu douloureuses le reste ne fut que bonheur.

Je me souviens que le premier texte que je dus apprendre par cœur fut le célèbre poème tiré des contemplations, demain des l’aube, puis il y eut la conscience venu de la légende des siècles qui me fit trébucher sur des mots qui m’échappaient, sur l’évocation de cette partie biblique que j’ignorais encore,  et sur la crainte définitive que provoquait l’œil du  jugement chez moi .

Il fallut toute l’habilité de l’amour d’une mère pour que je consente à croire que je ne méritais pas le sort de Caën et cela n’empêcha pas que je demeurai quelques mois à me couvrir la tête de mes couvertures.

Savez vous qu’il m’est arrivé de vous en vouloir de me retenir devant un livre alors que le soleil brillait au dehors, mais cette fâcherie  ne dura pas, j’entrepris de tout comprendre en martyrisant un vieux dictionnaire, puis je voulus saisir votre pensée et enfin,  ébloui,  je souscrivis à toutes vos  postions.

Après avoir adoré le poète, je découvris l’homme au travers vos œuvres romanesques, votre théâtre…

Vous ne me priviez plus de soleil, Monsieur, vous me l’apportiez.

Bien entendu, je vous fus souvent infidèle avec, Musset, Vigny, Villon ,  Marot, Eluard, et d’autres parfaits inconnus que les moyens modernes permettent de lire, Sidonie, ABC, Michel mais en  matière d’art il n’existe pas de trahison pourvu que l’on soit sincère…

 Je sais que vous les auriez aimés aussi.

 Alors, permettez à votre plus humble admirateur, de vous dire merci, merci pour lui avoir donné l’amour des lettres, merci pour lui avoir montré  la valeur des hommes, merci pour lui avoir donné du courage dans les moments difficiles.

 

Votre très respectueux

Mathéo Andréoni


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

titi 27/12/2009 22:01


je viens de te citer chateaubriand ...

titi

mais ce n'est pas l'adresse de mon blog qui apparait sur le com


Matheo 28/12/2009 09:33


Je n'arrive pas résoudre ce probléme.


titi 27/12/2009 22:00


«La chanson la plus charmante
 Est la chanson des amours.»

victor hugo


il nous a tous fait rêver... 
et Chateaubriand ...  je l'ai lu et relu


bonne nuit



Matheo 28/12/2009 09:34


une source de beauté inépuisable...
Bonne journée


juliette 27/12/2009 18:38


Il a marqué nos jeunes vie, nos études, et notre souvenir
Bises


Matheo 27/12/2009 18:52



oui que de beaux souvenirs



Ut 27/12/2009 18:26


Très bel hommage, Mathéo ; Mathéo enfant....
Bisous.


Matheo 27/12/2009 18:52


sourire
Bisus petite note


Mamie Dany 27/12/2009 15:57


Bel hommage, auquel nous ne pouvons que nous associer! Bravo


Matheo 27/12/2009 17:03