Exposition Frédéric Chopin citée de la musique

Publié le par Matheo

A force de fréquenter les nuages, le retour au quotidien devient toujours un peu plus douloureux, mais le jeu en vaut la chandelle, le mal être du lendemain est un prix acceptable au bonheur d’hier.

Samedi, départ tôt dans la matinée pour Paris, La virée du jour se fera à la citée de la musique, porte de la villette.

L’ouverture des portes n’étant qu’à midi, nous décidons de profiter du soleil en suivant le canal saint Martin.

Une balade absolument charmante, nous regardons les pécheurs, les joggeurs, les écluses, le fameux hôtel du nord, le pont tournant, un bateau touristique est en train de passer, Rom se met à leur jouer la fameuse réplique d’Arletty et moi je pleure de rire.

Atmosphère, atmosphère !

Est-ce que J’ai une gueule d’atmosphère ?

Les gens sourient, il fait beau, nous sommes bien.

Cependant lorsque nous approchons de la république, je commence à flancher un peu, je boitille méchamment,  mais je ne veux pas renoncer, un banc nous tend les bras qu’il n’a pas, rue Timbaud, un peu reposés,  nous rejoignons la place de la république.

Brèves hésitations mangerons-nous alsacien, notamment chez Jenny, ou indien, ou bien encore Marocain.

Nous nous installons pour finir dans un établissement du boulevard du Temple, Au royal couscous.

J’en profite d’ailleurs pour conseiller cette adresse.

Après déjeuner nous rejoignons un brin flapi la citée de la musique par le bus.

Je dois dire que j’ai été agréablement surpris par l’accueil chaleureux fait aux visiteurs, nous sommes loin de la glaciale réception qui nous fut faite à la maison de la vie romantique voici quelques semaines.

J’ai tout simplement  adoré l’exposition permanente  faisant découvrir  l’instrument de musique à travers les siècles, et j’engage tous les amateurs de musique à la visiter.

A la sortie d’une salle, un homme nous salue et nous propose de prendre place pour assister à une « démonstration » d’un étrange instrument, un harmonica de glace.

Magie de Paris, il s’agit ni plus moins de Thomas Bloch.

J’avoue que je suis désarçonné, et par le son absolument fascinant de son instrument mais aussi  par la disponibilité et la gentillesse de ce grand musicien.

Malheureusement ma timidité maladive m’empêchera de lui dire autre chose qu’un laconique merci.

 

 

7529856_405acd360f.jpgL’exposition temporaire Chopin

Qu’en dirais-je, sinon que je crois ne pas encore en être revenu.

A peine entrés, nous parvient une étude  jouée sur un piano Broadwood de 1847, piano sur lequel joua Monsieur Chopin en Angleterre, les plus jeunes auditeurs  sont assis en tailleur autours de l’instrument, l’émotion est palpable, je me dis que je goute au Paradis.

Il ne s’agit par d’une interprétation mythique même si elle est excellente,  mais il se dégage une telle ferveur, une telle harmonie, une telle union que je sens mon cœur s’envoler….

Après ce merveilleux concert, je me délecte de tous les objets exposés, ils me sont tous familiers, je me sens chez moi.

Je mets, bien évidemment un point d’honneur à snober tout ce qui concerne Sand, nous n’avons pas besoin d’elle dans ces lieux.

 Je regarde une partition, j’envie ce feuillet, j’aurais voulu être ce papier qui recueille auprès de son cœur l’expression du génie de la musique.

Ce matin je me suis réveillé avec une sorte de gueule de bois, on ne revient pas facilement de son paradis…

 

Partition-Frederic-Chopin.jpg

Commenter cet article

Joel 25/05/2010 11:34



Bonjour Mathéo, au cas où vous oublieriez d'écouter cette émission du matin des musiciens, je vous donne le lien à une émission récente. Philippe Cassard a parlé de Chopin : Chopin : 2 ème Scherzo
op.31


Bonne journée.


Oh, je comprends vos propos sur Sand. Une jalouse impossible à supporter.



Matheo 25/05/2010 18:29



rire


Absolument


Merci pour le lien



Thierry-alias-Jean-Philippe 22/05/2010 19:59



Bonjour Mathéo, je peux deviner à travers tes écrits que tu as vraiment profité à fond de cette visite, tant au niveau visuel que de l'écoute. Tu devais être comme transporté. Je te souhaite de
passer un bon week-end de Pentecôte et à bientôt



Matheo 23/05/2010 09:53



C'est vrai que je me suis immergé à tel point je j'ai eu un peu de mal à refaire surface.


A bientôt



marie-madeleine 20/05/2010 10:21



tellement peu d'énergie que tout me semble un effort surhumain. Pourtant j'ai envie d'y aller



Matheo 20/05/2010 18:11



C'est jusqu'au 6 juin.


Vas y, je suis certain que cela te fera du bien.



Armide+Pistol 18/05/2010 06:37



Une pierre blanche salutaire et un invstissement que ce moment privilegie, parce qu'ils se font rqres, Le poeme qui accompagne colle parfaitement



Matheo 18/05/2010 06:53



sourire



ABC 17/05/2010 21:10



J'essairais d'y aller lors de mon prochain séjour à Paris, fin juin.



Matheo 18/05/2010 06:53



L'expo finit le 6 juin