l'homme funambule

Publié le par Matheo

2671440817_bbb14f09b6.jpg

La vie d’un homme est rarement celle qu’il avait espérée.

C’est ainsi, la promesse n’est que tromperie et on se trouve prisonnier d’une existence sans joie, il ne s’agit plus que de priorité et  de devoirs.

Il faut faire vivre sa famille, ne pas décevoir l’employeur qui vous a donné votre chance, et vous commencez à mettre vos rêves entre parenthèses, puis à les oublier.

On perd de vue celui que l’on fut puis très vite celui qu’on voulait être.

Le lundi ressemble au mardi, les semaines aux autres, on prie le ciel pour trouver le sommeil le soir, on prie le néant pour rendre supportable la journée à venir.

Les congés représentent la carotte agitée sous le nez de l’âne soumis que l’on est devenu.

Des vacances attendues, qui viendront pourtant grossir l’armoire des souvenirs moroses, sans âme.

L’homme est un funambule, il cherche à aller, sans trop de casse, du point de sa naissance à celui de sa mort, parce que nul autre  choix n’est envisageable.

Chacun fait de son mieux et c’est déjà beaucoup !

Cet état pourrait presqu’être indolore à force d’anesthésie chronique, mais il arrive qu’un évènement, un rien tire ce pantin de son état.

Alors malheur à lui, il s’étonnera d’être encore capable de vibrer, d’aimer, et en s’appliquant, peut être encore de sourire, il se dira qu’il aurait pu,  avec un peu plus de chance, rester vivant…

Publié dans Textes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Armide 03/04/2010 20:04



Il s'git de rêver beaucoup pour garder le goût du rêve, de ne pas céder aux pressions et de le garder sans le trahir au fond de soi.


L'homme est extrêmement vulnérable et son existence n'est que précarité. L'époque nous laisser penser autre chose et nous assimilant à nos possessions présentes ou potentielle, nous faisait
courir après des chimères.


Le bonheur se cultive au fond de soi, par petites touches.



Matheo 04/04/2010 09:29



Je suis, hélas, piètre jardinier...


sourire



juliette 03/04/2010 17:53



Il ne faudra pas dire :


" j'aurais pu, ou j'aurais dû" il faut faire, on parvient toujours à ses rêves, t^pt ou tard, j'en suis sûre, je l'ai fait


Bisous



Matheo 04/04/2010 09:35



Heuresement certains y arrivent, et je me réjouis que ce soit ton cas.


Bises



Brigitte L. 02/04/2010 21:35



S'il se dit,c'est qu'il est encore vivant.Je veux être moins pessimiste que toi.Bises



Matheo 03/04/2010 09:14



Tu as raison, je suis un affreux oiseau de mauvaise augure.






delphine 02/04/2010 17:42



 Math, merci pour l'image du funambule qui m'a inspirée chez moi, sans doute involontairement...



Matheo 02/04/2010 18:15



sourire


Merci à toi Delphine



Amaury 02/04/2010 10:35



Hello Mathéo,


Très juste to texte sur la vie!


Il a une chouette gueule ton labrador :-)


Il a quel âge?


Pas trop de dégâts au salon?


Bonne fête de Pâques.


Amicalement,


Amaury



Matheo 02/04/2010 18:18



Il a douze ans et il vieillit le pauvre, il commence à avoir pas mal de douleurs.


Les premières années furent terribles, il nous a joué Tarzan avec  les rideaux du salon.


sourire


Bonne soirée Amaury