Madame

Publié le par Matheo




                                                                  Photo Flickr


Pour connivences

Madame,

 

Me pardonnerez vous, et me pardonnerais-je d’oser laisser un message dans ce livre abandonné quelques instants sur ce banc témoin de tant de choses.

Je pourrais, bien sûr, passer mon chemin et espérer, peut être, qu’un jour le destin m’offre à nouveau la scène dont je viens d’être le spectateur involontaire mais non moins émerveillé.

Je pourrais tenter de vous parler, et pourquoi pas, tenter ma chance auprès de vous, essayer de vous séduire, de vous amuser, d’exciter votre curiosité, mais je ne le veux pas.

Aussi charmante que soit votre voix, je ne veux pas l’entendre mais ne garder de votre bouche que les  soupirs que le plaisir vous a dicté.

Ne vous méprenez pas madame, ne craignez surtout pas que je vous importune, vous ne me verrez jamais, mon seul soucis est de ne jamais rompre le charme que vous avez créé en réinventant l’amour charnel devant mes yeux ébloui.

 Comment chasserais-je  de ma  mémoire l’exaltation qui fut la mienne lorsque je vous ai vue, ainsi offerte…

Au seuil de la jouissance notre douleur fut commune.

Sans le savoir, sans le désirer, vous venez de mettre mes nuits en danger, car comment dormir paisiblement lorsque la danse sacrée de l’amour a été enfantée  ainsi devant soi.

Madame, après votre départ, après que vous ayez emporter ce livre, je serai auprès de votre amant sylvestre pour y recueillir les larmes de votre extase…

Publié dans Textes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Paquerette 23/11/2009 20:03


Tellement bien écrit!!!
j'aime beaucoup
bises


Matheo 24/11/2009 07:25


Bises


Armide 21/11/2009 20:03


Une missive mystérieusement délicieuse, une bouteille à la mer, un rêve éveillé délicieux.
Quel talent !


Matheo 22/11/2009 09:35





O. 21/11/2009 15:09


Que de délicatesse, j'ai beaucoup apprécié de joli message laissé dans mon livre


Matheo 21/11/2009 19:17


sourire


Mireille 20/11/2009 23:34


Très joli texte Mathéo avec beaucoup de délicatesse et de pudeur.
Bonne nuit mon ami.


Matheo 21/11/2009 03:07


Bonne nuit Mireille


Ame Chopinienne 20/11/2009 22:49


Ton langage reste toujours assez hermétique pour laisser le lecteur dans la perplexité, l'interrogation, le doute. Ai-je bien compris ? De quoi vraiment a-t-il voulu parler ? Où s'arrête la
réalité, où commence la fiction ? Bravo, Mathéo !


Matheo 21/11/2009 03:07


Sourire