Qui peut juger?

Publié le par Matheo

     

                                                               Photo Flickr



Peut-on reprocher d’avoir follement aimé ?

Qui aurait le droit de porter un jugement ?

La passion brûle, elle laisse désarmé,

et la raison ne gouverne pas les amants.

 

On dit souvent de l’amour qu’il est aveugle,

Mais pourtant jamais ne se trompe un cœur aimant.

L’amour ne choisit pas que des terres meubles,

pour que sa semence écrive un commencement.

 

A seize ans on a parfois le cœur rebelle,

inconsciemment on cherche sa vie, ses chemins.

On croise alors un regard qui ensorcèle,

et on n en oublie tout, on se fout des lendemains.

 

La société a mis des gens au pilori,

mon Dieu, il est si facile de condamner,

le manque d’indulgence l’a longtemps nourri

Au nom de la morale on peut piétiner.

 

Toi tu n’as pas voulu ou pas pu supporter

Tu les as fait taire avec quelques comprimés

Tu disais que vous étiez les seuls à compter,

pourtant tu l’as laissé seul à se consumer.

 

Publié dans Textes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

michelgonnet 07/11/2009 10:12


En effet, qui peut "juger" ?

À chercher la "vérité" c'est toujours" au meurtre rituel de celle de l'Autre" qu'il est procédé.

Que l'aprivoisement du "bien mourir à soi-même" nous aide enfin à "vivre".

Belle journée l'ami.


Matheo 07/11/2009 11:16


Très belle formule
Bonne journée


Anouk 01/11/2009 19:09


J'aime beaucoup ton écriture. Cette histoire dit aussi les ravages de la passion. personne ne vaut que l'on meure pour lui. je crois.


Matheo 02/11/2009 07:22


Je le crois aussi


paquerette 01/11/2009 16:30


C'est très joli Mathéo, même si c'est triste; l'amour est imprévisible, et il garde uen grande part de mystère.
bonne fin de journée de Toussaint
bises 


Matheo 01/11/2009 16:50



et oui l'amour est ne s'emprisonne pas.
Bisous



Edmée 31/10/2009 20:07


C'est si triste ... et beaucoup d'entre nous connaissent quelqu'un qui s'est esquivé des critiques de cette façon, tué non par l'amour mais par le regard que son bonheur attirait sur lui. Un
mauvais regard.

Bien beau poème... mais si triste!


Matheo 01/11/2009 09:25


La moralité est parfois meutrière...


O. 31/10/2009 14:53


TRès beau Matheo, belle et pure image de l'espoir à 16 ans


Matheo 01/11/2009 09:26


Merci.