Au bistrot

Publié le par Matheo




photos Flickr






Je me trouvais dans ce petit bistrot,  vaincu par l’ennui.

Je sirotais un crème tout en parcourant mon journal et en dégustant une cigarette, assis à une table du bout de  la salle.

Je me laissais porter par le fond sonore des conversations de la clientèle des habitués.

Lorsque la porte s’ouvrit, je n’en crus pas mes yeux, cette apparition n’était pas celle d’une femme mais celle de la féminité.

Elle alla d’une démarche féline jusqu’au bar puis se retourna en dévisageant effrontément  toutes les personnes présentes, lorsque son regard se posa sur moi je n’eus, pour cacher mon trouble, que la ressource de m’accrocher maladroitement à la lecture de mon quotidien.

J’entendis le son de ses talons s’approcher :

-« Donnez-moi du feu Monsieur. » ordonna-t-elle d’une voix voilée et en plantant son regard dans le mien.

Fébrilement,  j’allumais sa cigarette avec mon briquet mais la flamme n’allait pas de si tôt s’éteindre.

Plus que la cigarette mon cœur venait de s’enflammer pour cette inconnue…

 

Publié dans Textes

Commenter cet article

Jean 04/11/2009 21:17


bonjour
Âh c'était avant l'interdiction de fumer dans les bars !!!


Matheo 05/11/2009 07:26


Ben oui.
remarque je ne vais jamais dans les bars
rire


celestine troussecotte 04/11/2009 20:01


C'est fou comme beaucoup de tes textes trouvent en moi une resonnance avec "mes grands classiques"( Ferré, Brassens, Prévert...)
Cette rencontre n'aurait pas déparé dans la galerie de portraits du très beau texte d' Antoine Pol mis en musique par Brassens, les Passantes. Il y parle de toutes ces femmes que l'on croise, ou
entrevoit, pour un temps très court...et qui retrourne dans le néant.
"Je veux dédier ce poème
A toutes les femmes qu'on aime
Pendant quelques instants secrets
A celles qu'on connait à peine
Qu'un destin différent entraîne
Et qu'on ne retrouve jamais"...

Cette situation est une des plus romantiques (au sens du XIX° siècle)qui soit au monde...
Bonne soirée
Célestine




Matheo 05/11/2009 07:27


Merci Celestine .


O. 04/11/2009 19:42


Comme je te l'ai déjà dit, j'ai beaucoup aimé cette évocation de" notre" beauté


Matheo 05/11/2009 07:27


sourire


delphine 04/11/2009 19:29



En Belgique, certains collaborateurs un peu timides se sont mis à fumer afin de socialiser sur le pas de la porte.Et... ça marche parait-il! De mon côté, j'ai arrêté il y a bientôt trois ans et
nous étions souvent les seuls exclus à fumer sur une terrasse et à faire bande à part... Pas drôle. Maintenant que mes poumons sont à nouveaux douloureux, je me réjouis de tenir bon... enfin,
tout ce blabla sans commenter ton texte qui est, comment dire, bien vu!
Bisous



Matheo 05/11/2009 07:28


Bisous Delphine


toussaint 04/11/2009 10:00


Oui je sais tu as un coeur d'artichaud...
tu t'emballes vite et ensuite tu souffres  beaucoup...


Matheo 04/11/2009 18:56



Crois-tu?