Petit Pierre

Publié le par Matheo

sidaction-1-.jpg

4315199977_aa21d09c23.jpgPetit Pierre avait un esprit simple, il avait la faculté de s’émerveiller devant un rien, tout était source de joie.

Depuis qu’un jeudi, au catéchisme, on lui avait appris que l’homme était libre de choisir entre le bien et le mal, son enthousiasme pour la vie était encore plus fort, car, selon lui, il était aisé de suivre la bonne route.

Dans son esprit il était clair que mal agir était plus difficile que le contraire et il ne doutait plus de ne jamais faire le mauvais choix.

Même si  petit Pierre aimait la chaleur rassurante du soleil, il lui préférait peut être encore la pluie, parce que l’abri d’une simple toile lui apparaissait comme un refuge un peu magique, ou l’on devait se serrer l’un contre l‘autre, et rien n’est plus beau que de se presser contre sa mère pour échapper aux gouttes de pluie.

Petit Pierre grandit avec une certaine candeur et parvint à traverser l’enfance en préservant son innocence.

Petit pierre avait toujours pensé  rencontrer, un jour, petite Jeanne.

Il lui ferait des enfants, travaillerait pour rendre sa famille heureuse, lui offrirait tout le bien être possible et puis le devoir accompli, il s’endormirait paisiblement quittant les bras de sa famille pour ceux du père éternel.

Décidément rien n’était difficile, il suffisait de faire de son mieux, de sourire dans les moments un peu plus gris,  de se monter droit et courageux, d’être, en un mot,  un homme bien  pour faire honneur au bon enfant d’hier.

Mais voila, petit Pierre rencontra un autre Pierre, qui très vite, lui vola son cœur, sans que personne n’en soit responsable, comme ça, comme une évidence.

Le bien et le mal se mirent à tournoyer pour mieux se confondre, le blanc et le noir se marièrent pour offrir un ton inconnu et mystérieux.

Petit Pierre  était perdu, il eut peur, il voulu revenir  vers le bleu lumineux de son enfance et abandonna l’autre à l’obscurité de l’abandon.

On se perd facilement dans la noirceur de la nuit surtout lorsqu’on sait que l’aurore fuyante baptisera une douloureuse solitude, alors on renonce, on disparait, on part vers un monde sans barrières d’aucune sorte...

Pierre a appris que le bien qu’il pensait salvateur lui dévore le cœur, et que le mal auquel il a voulu se soustraire lui détruit le corps.

Pierre  ne se serre plus contre personne pour échapper aux gouttes pluie…

Publié dans Textes

Commenter cet article

un dimanche sinon rien 05/04/2010 01:44



On passe notre vie a essayer de ranger tout ça dans notre tête.



Matheo 05/04/2010 09:34



sourire


Je suppose que nous avons tous des difficultés de rangement...


sourire



Celiandra 01/04/2010 22:26



tres beau Math mais n'es-tu pas pas un Maitre dans les écrits?


Baci



Matheo 02/04/2010 07:25



Bises



Brigitte L. 30/03/2010 15:25


Très jolie histoire que celle de petit Pierre(ou petite Pierre)pour dire plus jamais ça ayant trouvé excellente ton idée d'insérer l'ode à la joie,pourrais tu le mettre sur la communauté
Résonnances de Juliette.
C'est un hymne de paix et d'espoir pour rappeler que tous les hommes naissent libres et égaux.Non à la violence,non à la guerre,non à la bombe atomique.Les origamis arrivent nombreux et nous
comptons sur le tien.
A bientot!


Matheo 30/03/2010 18:06



ok.


Je vais passer le mettre.


Bisous



paquerette 29/03/2010 23:02


Les rencontres de la vie sont imprévisibles, quelles soient bonnes ou mauvaises, malheureusement
bises et bonne nuit


Matheo 30/03/2010 13:03

L'imprevue fait partie de la vie. Bon apres-midi

gazou 29/03/2010 11:01


belle photo et beau texte très touchant car nous nous retrouvons bien un peu dans ce Petit Pierre...merci Mathéo !


Matheo 29/03/2010 18:10


merci à toi