Le dermier jour d'un condamné

Publié le par Matheo



J’avais lu le dernier jour d’un condamné encore enfant, et c’est donc avec plus de maturité, du moins je l’espère (sourire) que je l’ai appréhendé.

La peine de mort a été, durant les premières années de ma scolarité, le thème  à l’honneur.

A chaque rentrée scolaire  nous avions le droit au fameux sujet : que pensez-vous de la peine de mort ?

Nous y allions tous de notre  tirade sans vraiment comprendre toute l’étendue de la question.

J’ai pris conscience de toute l’horreur de la chose le matin du 28 novembre 1972  au petit déjeuner, avant de partir pour le collège, un communiqué laconique informait que Buffet et Bontems, avaient été exécutés à l’aube.

Le chocolat ce jour là n’a pas été bu, parce que subitement j’ai compris que la France, que cette France que je voyais comme une mère protectrice comme un pays évolué et civilisé venait de permettre que l’on verse le sang, que l’on tue, que l’on enlève la vie, il m’a fallu vivre ce jour pour que je réalise ce qu’était l’horreur des mots « condamnation à mort ».

Je vous assure qu’en cet instant,  un courant glacial a parcouru mes membres, ce n’était plus une idéologie, c’était un carnage ; on avait coupé deux hommes en deux en ayant le culot de dire que c’était au nom de la France, par conséquent des Français.

Combien de Français ont désiré que l’on tronçonne des hommes ?

L’odieux n’est pas réparé par l’odieux.

J’ai du mal à réaliser, encore aujourd’hui, qu’après ma naissance régnait  cette sauvagerie sanglante !

Un homme est accusé de crime de sang et on lui répond de la même manière, on répond à la barbarie par la barbarie.

Maitre Badinter a enfin réussi à faire bouger les choses, à faire prendre conscience que la solution n’était pas l’échafaud, 152 ans après le plaidoyer d’Hugo.

Je sais que certains me dirons que si j’avais appartenu aux membres de la famille d’une victime je réagirais autrement, et c’est exact, absolument exact et c’est pourquoi ce sont des tiers qui ont à juger, car la trop grande implication empêche la réflexion sensé sur la suite à donner à des actes criminels.

La seule question qui vaut d’être posée l’a été depuis longtemps par Hugo ; notamment dans Claude Gueux.

Quelles sont les circonstances qui ont amené un homme à se conduire en meurtrier, à  le réduire à cet acte terrible ?

Personne ne peut retirer la vie sans se rendre aussi coupable que celui que l’on condamne !

Publié dans Mathéo

Commenter cet article

paquerette 27/05/2009 16:47

C'est terrible d'avoir vu un être cher tué par un criminel, mais c'est un homme aussi ce dernier, et la VIE a la même valeur pour tousbises 

Matheo 27/05/2009 18:11


tu as raison et la violence ne resoud rien


chtinoeil 25/05/2009 22:55

j'ai froid dans le dos, pourtant fait pas loin de 26° dehors ...

Matheo 26/05/2009 07:15


Ila fait chaud oui


mrcafe 25/05/2009 20:06

je suis contre la peine de mort car pour mon age c'est l'affaire du pull over rouge qui me fait refléchir , car on a certainement executé un innocent ..., bonne soirée mathéo

Matheo 26/05/2009 07:16


J'en suis persuadé


michelgonnet 25/05/2009 19:05

Je partage l'essentiel de ce billet mon Ami. Merci de l'avoir publié et de rafraîchir les mémoires (sourire)

Matheo 26/05/2009 07:16


sourire


patriarch 25/05/2009 13:27

Sans parler des innocents qui ont aussi étaient exécutés, puisque jugés coupables. Et quand on voit ce qui se passent aujourd'hui, je n'osent même pas demander "Combien sont ils ???????)Bon après midi chez toi. Encore 32° minimum ici !! Ca va donner du + 40° sur le balcon.

Matheo 25/05/2009 18:11


Il fait très chaud en effet.
Bonne soirée à vous deux