Et cette fois?

Publié le par Mathéo

Depuis toute petite elle fait la fierté de son père, elle est son trésor dit-il à qui veux l'entendre, et c'est vrai que Maria est une très belle jeune femme, elle a déjà fait tourner plus d'une tête dans le quartier.

Ses parents tiennent une minuscule épicerie dans little italy.

Ils ont été fous de joie lorsque leur petite fille est entrée à l'université car ils se sont dit qu'elle n'aurait pas une vie aussi difficile que la leur, qu'elle serait instruite, qu'elle deviendrait une vraie américaine.

Depuis quelque temps Silvio le père invite à dîner régulièrement le fils aîné de son ami Mario, et ne cache pas qu'il ferait bien du jeune homme son gendre.

La famille possède une petite entreprise de maçonnerie qui tourne de mieux en mieux et le jeune couple pourrait prétendre à un avenir solide.

Bien sur Maria fait de brillantes études mais lorsqu'elle aura des enfants elle devra s'occuper d'eux et alors son mari sera en mesure grâce à sa situation d'assurer une vie confortable à tout le monde.

De plus Mario vient d'un village voisin de celui de Silvio en Lombardie et ça, ça ne se néglige pas non plus.

La mère imagine déjà sa fille faire son entrée dans l'église au bras de Silvio, elle rêve déjà de la belle robe blanche qu'ils lui auront offerte en se saignant au quatres veines.

Le protégé de la famille est gentil et plutôt content de l'aubaine, car on lui apporte sur un plateau la plus belle fille de tout de quartier mais il n'a guère de conversation et ses deux principales préoccupations sont dans l'ordre les résultats de son équipe de base-ball et la santé de l'entreprise paternelle.

Maria ne ressent rien pour ce garçon mais elle est prête à tout pour rendre ses parents heureux, elle les aime par-dessus tout et elle est consciente de tous les sacrifices qu'ils ont fait pour elle.

Elle se dit qu'une fois mariée elle saura convaincre son mari qu'elle n'est pas faite pour être une femme au foyer et qu'elle arrivera à mener une carrière d'avocate comme elle le désire tant.

Un jour pourtant ce fut le choc, en visitant un musée elle a rencontré David.

Ils se sont aimés au premier regard. Ces deux là sont la preuve vivante de l'existence des coups de foudre, alors tout a changé, il a fallu repousser les avances de plus en plus pressantes de son "fiancé" il a fallu parler à sa mère qui a commencé à invoquer la sainte vierge en levant les mains vers le ciel puis surtout il a fallu affronter l'incompréhension puis la colère de son père.

Celui-ci, devant la position inébranlable de Maria, lui fit un odieux chantage, elle prenait l'homme choisi par ses parents, un homme raisonnable, respectable et respecté par la petite communauté italienne ou il oublierait qu'il avait une fille.

Alors elle est partie et à marché, beaucoup marché puis elle a fini par entrer dans ce petit bistrot. Elle est elle-même étonnée de se retrouver là toute seule,toute seule dans cette salle vide, mais là au moins elle peut se concentrer, réfléchir en regardant tourner ce café noir dans la tasse. Elle n’arrive plus à leur faire face, elle n’a plus la force de se battre, parce que le chagrin est trop grand.

Les paroles de son père résonnent encore dans sa tête à lui en faire mal.

Il faut qu’en sortant de ce lieu si froid, si impersonnel elle ait pris une décision, sans doute la décision de sa vie. Soit, elle reste fidèle à ce que sa famille attend d’elle, soit, elle les perd et s’en va rejoindre David, son cher David l’homme qu’elle aime mais qui n’est ni catholique ni italo-américain.

Alors elle va vider sa tasse et elle ira vers son destin.

Publié dans Textes

Commenter cet article

Matheo 07/03/2007 13:57

Mon dieu quelle jolie dédicace!

:0075: ARONIA 07/03/2007 13:42

ah les amours franco-italiens..  Joli blog et textes Mathéo !

lasidonie 07/03/2007 09:42

bravo, tes modifications sont parfaites...

Mathéo 07/03/2007 11:39

merci, c'est grace à toi.

ABC 07/03/2007 09:32

Super, tu peux continuer, nous nous glissons progressivement dans ce clan italo-américain et s'entons bien qu'il n'y a pas de vrai bonheur sans quelques déchirures.......ABC

Mathéo 07/03/2007 11:40

et oui et c'est partout comme ça...

aril 06/03/2007 19:15

j'aime beaucoup ton style..tu nous amenes progressivement vers la phrase finale et tu detailles en quelques lignes le psychologique et le social des personnages..un (tout petit) regret,si je peux me permettre...pas grand chose sur David...zut! son coup de foudre, quand meme!!! pourquoi,comment etc...qu'en penses tu?

Mathéo 07/03/2007 08:20

je pense que l'amour n'a ni frontière, ni religion et c'est pourquoi il est souvent le plus fort...